Nos conseils

Vue de Cannes, nos conseils

Vue sur Cannes de Théoule


Contactez-nous
Profitez de nos conseils pour équiper, aménager et entretenir vos jardins en toute saison.
Le climat tempéré des Alpes Maritimes favorise la grande diversité des végétaux et donne des parcs et jardins colorés et toujours verdoyants. Il faut seulement un peu de temps et d’attention pour obtenir de magnifiques espaces verts.
Consultez nos conseils et astuces pour prendre soin de vos plantes, de vos fleurs et de vos arbres.
Pour toute question particulière, n’hésitez pas à nous contacter, nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

Téléchargez notre guide
du jardinage écologique

Le paillage

Paillage

Paillage

Le paillage consiste à recouvrir le sol avec divers matériaux. Son épaisseur doit être de 5 à 10 cm maximum selon les matériaux.

Les avantages du paillage

  • maintient l’humidité du sol en ralentissant l’évaporation
  • accumule et retient la chaleur
  • protège les racines des écarts de température
  • évite le compactage puis le fendillement de la terre
  • évite la prolifération des mauvaises herbes
  • isole les plantes des éventuels champignons pathogènes contenus dans le sol
  • limite l’invasion des limaces et escargots
  • nourrit les vers de terre et les micro-organismes
  • apporte des éléments nutritifs au sol lors de sa décomposition
  • améliore la structure du sol

Les matériaux

  • paille
  • tontes de gazon et végétaux broyés
  • écorces de pin (acidifie le sol)
  • paillettes de lin
  • coquilles de fèves de cacao
  • mulch (mélange de fibres et d’écorces)
  • fibres de coco
  • fibres de bois
  • tourbe (matériau stérile mais qui a tendance à acidifier le sol)
  • copeaux de bois, sciure
  • journaux, cartons

L’arrosage

Arrosage de pelouses

Arrosage de pelouses

L’arrosage entre 4 et 6 heures du matin est idéal pendant les périodes de forte chaleur favorisant le bien-être des végétaux et l’économie de l’eau. Le feuillage s’assèche rapidement, ce qui réduit les maladies et presque toute l’eau est absorbée par le sol
Éviter les arrosages en soirée où le feuillage restera humide très longtemps, favorisant la propagation des maladies, voire jusqu’à tuer les végétaux.
L’installation d’un système de goutte à goutte au pied des petits végétaux permettra à l’eau de pénétrer doucement dans la terre, évitera l’érosion et ne brûlera pas les feuilles comme lors d’un arrosage au soleil.
Pour les arbres, un arrosage important voir débordant, une fois par semaine, au pied, est préférable plutôt que plusieurs semblants d’arrosages.

Le compost

Il existe des composteurs, afin d’y jeter vos déchets verts, vous en retirerez du compost que vous pourrez utiliser comme mulch,
c’est aussi un excellent moyen d’économiser notre éco système.

La taille

La taille d’ornement, recherchée pour des jardins de standing, permet une croissance saine, une meilleure floraison, mais aussi le rajeunissement des végétaux.
Elle permet de limiter l’expansion et de donner une forme aux arbustes.
Pour leur donner de la vigueur, il faut tailler les petites branches, celles qui poussent dans tous les sens et qui se croisent (risque de chocs et d’infection).
Il faut aussi tailler toutes les branches mortes et les rameaux malades. Une maladie peut se propager très vite et la plante ne pourra pas se défendre.
Quelle que soit la taille choisie, il faudra toujours penser à aérer la partie centrale de l’arbuste de façon à laisser pénétrer l’air et la lumière.

Les outils de taille

  • sécateur
  • couteau scie
  • sécateur de force
bonne taille
=
végétal en bonne santé
=
pas ou peu de traitements phytosanitaires
=
économie de notre environnement

Les haies

Haie champêtre

Haie champêtre

Selon vos attentes ou besoins vous pouvez choisir différentes sortes de haies.

Pour se cacher, l’écran végétal !

Haie écran végétal
Pour obtenir une haie impénétrable, vous pouvez alterner différents arbustes persistants, en faisant attention au contraste trop fort dans l’association de feuillages. Il faut également prévoir l’exposition (soleil, ombre, vent…) et la catégorie du sol. Il est également indispensable de planter quelques arbustes caducs décoratifs en quinconce à l’intérieur de la haie pour son équilibre biologique.

Pour le plaisir, la haie libre ou taillée décorative !

Haie décorative

En choisissant des arbustes caducs à floraison décalés, vous aurez une haie qui changera d’aspect continuellement en cour de saison. Vous devez, bien sûr, y mélanger des arbustes persistants afin d’avoir toujours une haie verte.

Pour délimiter un terrain, une haie basse et fleurie !

Haie basse
Il s’agit, surtout de délimiter les contours d’un petit jardin, ou d’un massif. Ce n’est plus tout à fait une haie, mais c’est tout aussi joli. La hauteur de cette haie peut-être comprise entre 30 cm et 1 m. Les arbustes seront caducs et persistants, vous pouvez y introduire des plantes aromatiques.

Pour se protéger, une haie bocagère « brise-vent » !

Haie coupe vent

On rencontre ce type de haie essentiellement en zone rurale. Les haies bocagères basses sont composées essentiellement de noisetiers, d’aubépines, de prunelliers, de fusains. Vous pouvez y mélanger quelques arbustes caducs décoratifs. Ces haies peuvent-être soit libres, soit taillées. Les haies bocagères hautes « brise-vent » de 6 à 15 mètres sont à base de chênes, de châtaigniers, de charmes et d’ormes.

 

Une haie constituée d’une seule essence est fragile, car les parasites et les maladies ne rencontrent aucun obstacle.
Nous déconseillons fortement les haies de conifères (thuyas, cyprès…) :
  • ils ne peuvent pas se recéper
  • ils forment des rideaux trop compacts, générateurs de tourbillons
  • ils sont étrangers à de nombreux paysages
  • leur teinte quasi invariable au long de l’année est triste
  • ils sont l’objet d’attaques parasitaires fréquentes qui les font disparaître

 

Préférez les arbustes champêtres  :

  • ils favorisent l’équilibre biologique de la haie.
  • ils accueillent de nombreux animaux qui luttent contre les ravageurs du jardin
  • contrairement aux idées reçues, certains arbustes peuvent former de véritables écrans verts
  • achetés jeunes, ils seront à peine plus chers que les résineux issus de culture intensive
  • la plupart des arbustes proposés pousseront aussi vite que les thuyas et les lauriers palmes
  • ils seront plus faciles à entretenir que ces derniers et ne nécessiteront pas de taille au cordeau !
  • ils ont des qualités ornementales très largement supérieures aux thuyas, cyprès et autres lauriers palmes

La lutte contre les mauvaises herbes

Dans le jardin bio en évitant les repousses grâce au paillage :
Le paillage, que l’on appelle également « mulching », est une technique privilégiée au jardin bio car elle présente de multiples avantages. Elle consiste à couvrir le sol jusqu’au pourtour des plantes d’une couche de végétaux : paille, copeaux de pin, gazon séché ou feuilles mortes. Ce manteau végétal maintient la fraîcheur du sol en été et préserve du gel ou des pluies battantes en hiver et en automne. À la belle saison, il est particulièrement recommandé pour limiter les arrosages car il évite l’évaporation de l’eau. En dehors de ce rôle de protection et du maintien de l’humidité, il freine considérablement la germination et la repousse des herbes sauvages. En se dégradant, le paillis agit comme un compostage. Après les cultures, le semis d’un engrais vert, en formant un écran végétal, aura le même effet que le paillage.

Demandez-nous un conseil

Les traitements phytosanitaires

Traitement_phytosanitaire

Insecticide fongicide autorisé en agriculture biologique

Lorsqu’un arbre est atteint par une maladie, un champignon ou un parasite, il est en danger à plus ou moins long terme car il sera de plus en plus fragile et risquera de tomber sans contrôle. Il est aussi un danger pour les arbres environnants en transmettant la maladie ou le parasite.
Des traitements phytosanitaires existent et sont en vente libre pour les particuliers. Malheureusement, le niveau d’information concernant la dangerosité des produits est insuffisant. Les particuliers qui font usage de pesticides ne bénéficient pas comme les professionnels d’une formation adaptée concernant les dosages et l’usage des équipements de sécurité nécessaires.
Les produits phytosanitaires sont :

  • les produits issus de synthèse chimique
  • les produits d’origine naturelle
  • les micro-organismes (champignons, bactéries,virus)
  • les herbicides, fongicides, insecticides, acaricides
  • les stimulateurs de défenses naturelles et les médiateurs chimiques

Ces produits sont divisés en plusieurs groupes :

  • les insecticides (insectes)
  • les fongicides (champignons)
  • les herbicides (plantes « jugées » indésirables)
  • les corvicides (oiseaux)
  • les rodenticides (taupes et rongeurs)
  • les mollusicides (limaces)
  • les nématicides (nématodes)


Demandez-nous un conseil

Les macro-organismes

  • Crapaud
    Crapaud
  • Larves de coccinelles
    Larves de coccinelles

Les macro-organismes sont des invertébrés, insectes, acariens ou nématodes, utilisés de façon raisonnée pour protéger les jardins, parcs, espaces verts, cultures contre les attaques de bio-agresseurs.

La protection des arbres, palmiers, pins, etc.

Depuis quelques années, certains arbres de la Côte d’Azur subissent des attaques massives de plusieurs prédateurs. Des mesures obligatoires, mais aussi de bon sens sont à observer :
Nous sommes agréés pour intervenir contre :
la lutte contre la bactérie Xylella Fastidiosa
la lutte contre le charançon du palmier
la lutte contre le papillon du palmier
La lutte contre la chenille processionnaire

Protection des végétaux contre la bactérie Xylella Fastidiosa

Xylella Fastidiosa

Xylella Fastidiosa

 

Description et identification

Selon le groupe scientifique de l’EFSA sur la santé des plantes, aucune méthode ne permet actuellement de guérir les végétaux malades en plein champ. Des modifications apportées aux systèmes de culture (par exemple dans le domaine de l’élagage, de la fertilisation et de l’irrigation) pourraient avoir une certaine incidence sur le développement de la maladie, mais cela ne suffit pas pour guérir les végétaux. La maladie se transmet par l’intermédiaire d’insectes vecteurs de la famille des cicadidae (cigales), qui sont répandus sur tout le territoire.

Protection des palmiers contre le charançon rouge

Charançon rouge

Charançon rouge

 

Description et identification

Le charançon rouge est apparu en France depuis 2006, il touche principalement les palmiers des Canaries (Phoenix canariensis).
Il a aussi été signalé sur d’autres espèces de palmiers : Chamaerops humilis, Jubaea chilensis, Livistona decipiens, Phoenix canariensis, P. dactylifera, P. theophrastii, Sabal umbraculifera, Syagrus romanzoffianum, Trachycarpus fortunei, Washingtonia spp.
Malheureusement la liste n’est pas arrêtée car de nouvelles observations sont enregistrées régulièrement. Tout palmier attaqué et non traité meurt en quelques mois et devient une source d’infestation pour les palmiers voisins.

Plus d’une centaine de charançons femelles peuvent être présentes dans un palmier, chacune pondant entre 200 à 300 œufs.Une fois que les dégâts apparaissent, il est presque trop tard. Ses larves dévorent le cœur du palmier qui affaibli, meurt subitement ou chute sous l’effet du vent. Il faut éviter une taille des palmiers quand le charançon vole car il est attiré par l’odeur produite à cette occasion.

Symptômes

  • palmes dévorées
  • affaissements
  • palmes centrales inclinées

Protection des palmiers contre le paysandisia archon

Le papillon du palmier

Le papillon du palmier

 

Description et identification

Ce papillon « palmivore » (lépidoptère de la famille des Castniidae) est originaire d’Argentine, il a été introduit en Europe accidentellement par des importations de palmiers d’Amérique du sud, prélevés dans la nature.

Larve de papillonLes œufs ont la taille et l’aspect de grains de riz
La chenille, de couleur blanche, peut atteindre un centimètre de diamètre et 8 cm de long.
L’adulte a une envergure pouvant aller jusqu’à 11 cm. Il présente des ailes antérieures olive à bronze et des ailes postérieures vivement colorées de taches blanches et noires sur fond rouge orange.
Il ne s’attaque qu’aux palmiers. Les palmiers hôtes connus en France sont, en dehors des espèces venant du continent sud américain, les Livistonia, les Phoenix, les Sabal, les Trachycarpus, les Washingtonia et les Chamaerops humilis.
Les Trachycarpus fortunei et les Chamaerops humilis sont particulièrement attaqués sensibles, visés car ils ont un coœur tendre et les fibres des stipes facilitent la ponte des œufs.
Le papillon ne semble pas être un grand voyageur, mais de palmiers en palmiers toute une commune ou une agglomération peut en être touchée.
Les larves ne craignent pas le froid ! Même les régions au nord de la Loire peuvent être touchées (ou le sont déjà).

Symptômes

  • perforation des palmes
  • trous et galeries sur la base des palmes observés au moment de la taille
  • présence de sciure facilement détectable sur la base des pétioles, de la lance et du stipe
  • dessèchement des palmes, puis de l’ensemble du végétal
  • dépérissement du palmier dans un laps de temps très variable

Protection contre la chenille processionnaire

Des chenilles processionnaires — Jean-Claude Martin / Inra

Des chenilles processionnaires — Jean-Claude Martin / Inra

 

Description et identification

Seul le stade larvaire de ce ravageur crée des dégâts. Une fois écloses, les larves commencent à dévorer les jeunes pousses de l’année. En hiver, les chenilles se regroupent dans des nids soyeux situés aux cimes des arbres. L’augmentation de la température à l’intérieur du cocon leur permet de digérer les aiguilles consommées durant la nuit. Pour que les larves puissent sortir dévorer les aiguilles, les températures nocturnes doivent être positives et la température interne du nid doit atteindre 9°C la journée précédente. Au printemps, il est possible d’observer le dépérissement de certaines branches suite au développement du champignon Sphaeropsis sapinea, sur les aiguilles consommées.

Impact sur la santé humaine

En milieu urbain, les chenilles posent des problèmes pour la santé humaine et animale. Les chenilles présentent dans les nids, arborent sur la face dorsale de très nombreux poils urticants. Dès que les chenilles se sentent menacées, elles libèrent leurs poils, formant ainsi un barrage venimeux autour de la colonie. Ces poils urticants s’accrochent dans les muqueuses et sur la peau, provoquant d’importantes démangeaisons et des troubles parfois graves. Les poils urticants conservent leurs propriétés plusieurs années après la disparition des chenilles, à l’abri dans les nids.

Pour une formation,
contactez-nous

Initiation au jardinage

Formation sur site

Formation sur site

Nous vous proposons des minis formations pour apprendre à créer votre jardin ou à bien l’entretenir. Nous nous ferons un plaisir de partager notre savoir-faire au cours de séances d’initiation et de vous donner des conseils personnalisés selon vos attentes.